Histoire : H.Upmann

février 17, 2021

Histoire : H.Upmann

L’héritage. L'innovation. L’espionnage. Lequel de ces éléments ne correspond pas à une discussion habituelle sur les cigares ? Et bien, oui, l'espionnage. Mais quand le sujet sur la table est H. Upmann, cela fait partie alors d'une histoire longue et distinguée, bien que quelque peu ternie, de l'une des plus anciennes marques de cigares cubains.

1. La création

En 1843, un banquier allemand du nom de Hermann Dietrich Upmann a débarqué à La Havane. Il était là pour créer une entreprise pour une société d'import/export allemande. Upmann y a vu du potentiel. Outre la création d'une activité bancaire destinée aux négociants et fabricants de tabac, Upmann achète une fabrique de cigares locale et la première marque "H.Upmann" est née en 1844. Hermann travaille jusqu'en 1890 et son neveu, Heinrich, lui succède. Le neveu, avec des partenaires, a dirigé les opérations commerciales jusqu'à sa mort en 1914, après avoir déplacé la fabrication de cigares dans une installation plus grande au début du siècle. Hermann a été remplacé par ses neveux, Hermann et Alberto Upmann (oui, cela fait beaucoup de "Hermann" ici). 

L'aspect innovant de cette histoire est que l'on attribue à H. Upmann, avant qu'il ne commence à fabriquer des cigares, l'invention de l'emballage des cigares dans des boîtes en cèdre comme cadeaux pour ses clients de la banque afin de faire de la publicité pour la marque bancaire. Les boîtes portaient le nom de Upmann, mais contenaient des cigares d'autres fabricants jusqu'à ce que Upmann commence à fabriquer des cigares en 1844 dans l'actuelle usine José Martí de La Havane. Les cigares ont acquis une réputation internationale très favorable et ont remporté sept médailles d'or qui, avec la signature d'Hermann Upmann (la première), figurent toujours sur les boîtes de cigares de la société.


2. Le James Bond des Cigares

Bon, maintenant, la partie la plus croustillant, voici la partie sur l'espionnage. La première guerre mondiale éclate en 1914. Les entreprises Upmann à Cuba et aux États-Unis sont devenues les hôtes d'activités allant au-delà de la fabrication et de la vente de cigares. Elles dissimulaient également les rouages d'un réseau de renseignement allemand, selon l'historien Jamie Bisher dans son livre,The Intelligence War in Latin America, 1914-1922. Les Upmanns et leurs agents ont été soupçonnés de soutenir et d'encourager les révoltes en Haïti et en République dominicaine en 1916. La banque Upmann à La Havane était un point d'arrêt régulier pour les agents allemands voyageant de l'Europe vers le Mexique. Mais il s'est avéré que cela n'était pas bon pour les affaires.

En 1917, Cuba a déclaré la guerre à l'Allemagne et la banque Upmann a été fermée pendant 30 mois consécutifs. En décembre 1917, la société H. Upmann a été inscrite sur la toute première "liste de l'ennemi américain" et l'année suivante, les deux frères ont été ajoutés personnellement à cette liste. Un mois avant la trêve de 1918, les deux frères ont été placés en résidence surveillée. D'autres ressortissants allemands ont été envoyés dans la tristement célèbre prison "La Cabaña", utilisée plus tard par le régime de Fidel Castro pour incarcérer des opposants politiques.

L'implication dans l'espionnage a laissé l'empire H. Upmann en ruines. Mais les problèmes de l'entreprise ne s'arrêtent pas là. Hermann avait apparemment beaucoup spéculé sur le commerce des devises et du pétrole mexicain, utilisant l'argent des déposants bancaires sans leur consentement. Il aurait tenté de s'échapper par avion en 1922, mais aurait été arrêté, avec son frère, et accusé de fraude bancaire. Alberto a ensuite été libéré et a vu ses accusations rejetées après avoir déclaré qu'il se consacrait exclusivement à la gestion des intérêts du tabac. Le 20 mai 1922, le journal financier new-yorkais The Chronicle rapporte que le président de la banque, Hermann (à nouveau, numéro 3), a été arrêté et libéré sous caution de plus d'un million de dollars. À cette époque, la banque et le commerce des cigares étaient en faillite.


3. Après la guerre

La marque et la fabrique de cigares H. Upmann ont été rachetées par J. Frankau & Co, qui avait été l'agent agréé de Upmann au Royaume-Uni. En 1925, la fabrique conçoit à nouveau des cigares. Plus tard, en 1935, l'entreprise est vendue aux fabricants de la marque Montecristo, Menéndez, García y Cía Co. qui fabriquent des Upmann jusqu'en 1960, un an après que Castro ait pris le pouvoir et nationalisé les entreprises de cigares.

Bien sûr, nous savons tous que le petit Upmann H. Upmann fabriqué à la machine, vendu aux États-Unis à l'époque sous le nom de "Demi Tasse", était la fumée préférée du président John F. Kennedy. Se fondant sur des informations d'initiés, le président Kennedy, une nuit de février 1962, avant de signer l'embargo sur Cuba, a demandé à son assistant Pierre Salinger de sortir et d'acheter un total de 1.200 cigares aux buralistes de Washington.

Après la révolution castriste, Menendez et Garcia ont déplacé H. Upmann aux îles Canaries, puis finalement en République dominicaine où la version non cubaine de la marque est aujourd'hui fabriquée par Altadis. La version cubaine est fabriquée par l'entreprise publique Habanos, S.A., qui appartient en partie à Altadis, S.A., une société européenne. Cette décision a permis de réduire le nombre de vitoles de 30 à 16 et a contribué à propulser H. Upmann au panthéon des marques cubaines emblématiques avec la sortie d'une édition limitée de Magnum 50 (une incitation pour les amateurs du classique Magnum 46) en 2005. Ce statut était auparavant réservé aux marques Cohíba, Montecristo, Romeo y Julieta, Partagás et Hoyo de Monterrey. Le H. Upmann cubain est alors devenu disponible dans le monde entier.


4. Quelques conseils de cigares à déguster chez H.Upmann

Le H. Upmann Magnum 46, avec le Sir Winston et le n° 2, est la classe de la version cubaine. Le 46 est une Corona Gorda de 5 5/8" de long et contient des tonnes de chocolat et de noisettes dans un corps moyen. Du moins, celles qui ont environ cinq ans le font. Le n° 2 est un Figurado, 52 x 6 1/8, de taille moyenne et plus coriace, qui donne des notes de café. Il se termine avec force. Le Sir Winston est, à juste titre, le Churchill de H. Upmann, 47 x 7. Il est très crémeux et juste un peu poivré. J'ai trouvé que le dessin de ces pièces était parfois un peu difficile. Comme la plupart des cigares cubains, ils sont chers, entre 25 et 40 euros par cigare.

C’est ainsi que se termine l’épopée mystérieuse de la marque H.Upmann, probablement une des histoires les plus folles de la création d’une marque de cigare.


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.


Voir l'article entier

Pourquoi les cigares cubains sont-ils illégaux aux USA ?
Pourquoi les cigares cubains sont-ils illégaux aux USA ?

août 25, 2021

Les cigares cubains ont longtemps été une chose interdite aux États-Unis. Leur réputation et leur demande monumentales incitent pourtant de nombreux jeunes amateurs de cigares à se demander pourquoi les cigares cubains sont illégaux aux États-Unis.
Plus
Pourquoi la fumée du cigare ne s’avale pas ?
Pourquoi la fumée du cigare ne s’avale pas ?

août 19, 2021

On sait que les personnes qui fument des cigarettes inhalent la fumée. C’est à dire qu’elle passe par les voies respiratoires et entre notamment dans les poumons. Mais alors pourquoi on ne ferait pas la même chose pour les cigares ?
Plus
Les cigares plus chers sont-ils meilleurs ?
Les cigares plus chers sont-ils meilleurs ?

juillet 28, 2021

Les cigares chers sont-ils meilleurs ?Obtenir un bon cigare sans dépenser beaucoup équivaut à une bonne affaire, et payer trop cher un cigare médiocre est une expérience négative.

 

Plus