Le Guide : Comment fabrique-t-on un cigare ?

juin 02, 2020

la fabrication d'un cigare

Un cigare est une feuille de tabac enroulée autour d'une garniture de feuille de tabac. Plus gros qu'une cigarette et plus long à fumer, le cigare est considéré par les amateurs comme la meilleure façon de déguster le tabac. Bien sûr cela ne fait pas consensus auprès de tout le monde.

Les cigares existent en plusieurs formes et tailles. La forme standard est celle du cigare à tête ronde et aux côtés parallèles.

Un vocabulaire spécial désigne les tailles de cigare. D’ailleurs si vous voulez en savoir plus sur le lexique du cigare nous vous renvoyons à notre guide complet :Le Guide : Le Lexique du Cigare

briquet cigare

1. Petite Histoire

La plupart des historiens s’accordent à dire que le cigare a été inventé par les anciens Mayas. Ils enveloppaient le tabac dans une feuille de palmier et le fumait. Lorsque Christophe Colomb est arrivé au Nouveau Monde, il a été l'un des premiers occidentaux à découvrir le tabac. Les Indiens locaux lui ont montré comment ils fumaient les feuilles de tabac. Christophe Colomb et ses lieutenants ont rapidement adopté cette nouvelle habitude.

Les officiers anglais qui ont combattu en Espagne pendant les guerres napoléoniennes ont ramené les cigares en Angleterre, où ils sont devenus une mode pour les classes supérieures. Les cigares étaient chers, notamment en raison des droits d'importation élevés qui les frappaient, et à la fin du XIXe siècle, ils étaient devenus une marque de luxe. Fumer des cigares était réservé aux hommes (même fumer à la vue d'une femme était considéré comme vulgaire). Alors des clubs de fumeurs spéciaux ont vu le jour où les hommes pouvaient profiter de leur habitude.

Si vous voulez connaître la véritable histoire des cigares, vous pouvez retrouvez notre article sur l’origine complète de ceux-ci, et comment ils se sont popularisés dans le monde entier :L’Origine des Cigares

découverte des cigares

2. Les matières premières

La principale matière première du cigare est la feuille du tabac. Elle pousse sous de nombreux climats, mais le tabac à cigare le plus fin est cultivé à Cuba, en Jamaïque et en République dominicaine. Un cigare a besoin de trois types de feuilles de tabac comme matière première :
  • Les feuilles de tabac petites ou brisées sont utilisées pour la tripe.
  • Les feuilles entières sont utilisées pour la cape intérieure, appelée sous-cape.
  • Une grande feuille finement texturée et d'apparence uniforme est utilisée pour l'enveloppe extérieure, la cape.

Certains cigares sont fabriqués avec des feuilles provenant toutes de la même région. Qu’on appelle aussi “puro”. Mais d'autres peuvent être enveloppés dans une feuille de haute qualité (Cuba) mais remplis de feuilles de moindre qualité provenant d'une ou d’autres régions. Les matières premières secondaires comprennent une gomme insipide pour coller l'extrémité de la cape, des agents aromatisants qui sont parfois vaporisés sur les feuilles de la tripe, et le papier utilisé pour la bande placée autour de chaque cigare.

La plupart des cigares fabriqués à la machine utilisent des feuilles de tabac homogénéisées (HTL) pour la reliure, et souvent aussi pour la cape. Les feuilles de tabac homogénéisées sont fabriquées à partir de déchets de feuilles de tabac qui sont pulvérisés, mélangés à de la gomme végétale et roulés en feuilles. La HTL est plus solide et plus uniforme que la feuille de tabac entière, et convient donc mieux à l'utilisation dans les machines à cigares. Lorsque le HTL est utilisé pour la cape, le fabricant peut y ajouter des arômes.

3. Quel est le processus de fabrication des cigares ?

A) La culture du tabac

Les plants de tabac sont semés à l'intérieur et transplantés dans les champs après six à dix semaines. Les plants sont soigneusement taillés pour que les feuilles atteignent la taille nécessaire. Les plantes qui produisent les enveloppes extérieures des cigares sont généralement maintenues couvertes de tissu pour les protéger du soleil. Les plantes prennent plusieurs mois pour arriver à maturité dans les champs.

B) Séchage

Après la récolte, les feuilles de tabac doivent être séchées afin de développer leur arôme caractéristique. Les feuilles sont séchées lorsqu'elles sont passées de feuilles fraîches, flexibles et vert vif à des feuilles séchées brunes ou jaunâtres. Chimiquement, la chlorophylle naturellement présente dans la feuille se décompose progressivement et elle est remplacée par du carotène. Pour le séchage, les plantes récoltées sont attachées à d'étroites bandes de bois appelées lattes. Ces lattes sont suspendues au plafond d'une grange de séchage bien ventilée. Par temps sec, elles peuvent sécher simplement en étant suspendues. Les feuilles peuvent également être séchées à l'air libre. La température doit être soigneusement contrôlée afin d'éviter un séchage extrêmement rapide. On peut également brûler de la sciure ou du bois dur dans la grange de séchage, pour faciliter le séchage des feuilles et leur donner un arôme.

C) Fermentation

Une fois le processus de séchage terminé, les feuilles sont triées par couleur et par taille. Les grandes feuilles fines cultivés généralement à l'ombre ou sous tissu, sont réservées pour la cape. Les grandes feuilles pour la sous-cape et les petites feuilles et les feuilles cassés sont utilisées pour la tripe. Les feuilles sont alors attachées en paquets de 10 ou 15 feuilles chacun. Elles sont emballés dans des grands fûts appelés “tête de cochon”. Le tabac y est conservé pendant une période allant de 6 mois à 5 ans. Pendant cette période, les feuilles subissent des modifications chimiques appelées “fermentation”. Au cours de la fermentation, l'arôme et le goût de la feuille se développent. Une fermentation de deux à cinq ans est typique des cigares de haute qualité. Après la fermentation, les feuilles sont à nouveau triées manuellement par des travailleurs hautement qualifiés.

D) Effeuillage

Maintenant que le tri a été effectué, les feuilles de la tripe doivent être débarrassées de leur veine principale (tige. Sinon le cigare ne brûlera pas uniformément. Cette opération varie entre la main et la machine. À la main, un ouvrier muni d'un dé à coudre fixé à son doigt coupe la veine près du bout et la tire vers le bas. Ensuite, il empile les feuilles dénudées en tas. Mécaniquement, un ouvrier insère les feuilles de tabac dans une machine sous un couteau circulaire rainuré. En appuyant sur une pédale, l'ouvrier fait descendre le couteau et coupe la veine. L'ouvrier peut arrêter la machine à l'aide de la pédale et empiler les feuilles dénudées.

E) Roulage à la main

Les cigares fins sont roulés à la main. Le roulage des cigares est un travail de grande qualité : il faut parfois un an pour qu'un rouleur devienne compétent. Pour que le cigare brûle en douceur, la tripe doit être emballée de manière uniforme et la cape doit être enroulée en spirale régulière autour du cigare. Les fabricants de cigares à la main travaillent généralement dans de petites usines. Chaque ouvrier est assis à une petite table sur laquelle se trouve un plateau de feuilles de tabac triées et de l'espace pour dérouler le cigare. L'ouvrier choisit d'abord de deux à six feuilles pour la tripe. Celles-ci sont placées les unes sur les autres et roulées en bouquets. Ensuite, l'ouvrier place la grappe sur la feuille de la sous-cape et roule la feuille en forme de cylindre autour de la tripe. Les cigares inachevés sont placés dans un moule en bois ouvert qui les maintient en forme jusqu'à ce qu'ils puissent être enveloppés.

F) L'emballage

Voici maintenant l'étape la plus difficile. L’ouvrier doit sortir le cigare partiellement terminé du moule et il doit le placer sur la feuille de la cape. Avec son couteau rond “chaveta”, il élimine les irrégularités de la tripe. Ensuite, il enroule la feuille de cape autour de la tripe et et de la sous-cape 3x et demie. Puis, il la fixe à l’extrémité avec une petite quantité de pâte de légumes. L’ouvrier découpe alors un petit morceau rond dans une autre feuille de cape. Ce petit bout est fixé à l’extrémité du cigare avec de la pâte. 

L'ouvrier vient de terminer le cigare, mais il doit encore le tester, le trier et l'emballer.

Les cigares peuvent être fabriqués à la main, en équipe. Certains travailleurs peuvent faire le bouquet et l'envelopper dans la reliure, puis le travail de finition plus délicat consistant à rouler la cape est laissé à des travailleurs plus qualifiés.

G) ROulage à la machine

La majorité des cigares sont aujourd'hui fabriqués à la machine. Une machine à cigares typique peut nécessiter plusieurs ouvriers pour s'occuper de ses fonctions. Un travailleur alimente une bande d'alimentation en feuilles de tabac entre des barres de guidage qui sont ajustées à la longueur de cigare souhaitée. La machine regroupe les feuilles, formant ainsi la tripe. Un deuxième ouvrier place la feuille de liant (ou HTL) sur la matrice de liant. La feuille est maintenue par aspiration, et la machine la coupe à la bonne taille. La matière de remplissage tombe ensuite sur la matrice de reliure. La machine enroule le liant autour de l'outil de remplissage. Un troisième ouvrier place la feuille d'emballage (ou HTL) sur une matrice d'emballage. Le cigare partiellement terminé tombe sur la matrice de la cape, et la machine enroule la cape autour du cigare. Un quatrième ouvrier inspecte les cigares terminés et les place dans des plateaux.

Les cigares terminés sont remis à un examinateur. Celui-ci vérifie que les cigares ne présentent pas d'imperfections et que le poids, la taille, la forme et l'état de la cape sont corrects. L'examinateur peut corriger les imperfections en rapiéçant les capes ou en remodelant les têtes.

H) Finition et emballage

Les cigares qui passent l'inspection sont placés sur des plateaux et passés dans une machine à emballer. Un ouvrier place les cigares dans une trémie, et la machine place une bague autour d'eux. Les cigares bagués peuvent également être confiés à des ouvriers spécialisés dans le triage par couleur. Ils trient les cigares finis en fonction des infimes variations de couleur de la cape. Les cigares ayant la même couleur de cape sont ensuite mis en boîte ensemble.

I) Le contrôle de qualité

La qualité des cigares est contrôlée à chaque étape du processus de fabrication. La qualité des feuilles de tabac est très importante, et les feuilles sont triées et contrôlées après le séchage, après la fermentation et avant qu'elles ne soient transformées en cigares. Les cigares finis doivent être contrôlés pour vérifier que leur diamètre, leur poids, leur taille et leur tirage sont constants, et pour détecter toute imperfection dans la cape ou dans la forme. Dans de nombreuses petites manufactures de tabac, les inspections finales sont effectuées à l'œil nu. Un ouvrier place les cigares dans une bague pour en vérifier le diamètre et mesure leur longueur à l'aide d'une règle. L'apparence est essentielle pour chaque cigare, et une boîte de cigares doit également être inspectée afin qu'au moins la couche supérieure soit de couleur uniforme.

4. Le mot de la fin

Nous sommes très heureux d’avoir pu vous parler un peu plus du processus de fabrication d’un cigare. C’est lors de notre voyage à la Havane que notre équipe a recensé toutes les étapes de la création d’un cigare.


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.


Voir l'article entier

Que manger avec son cigare ?
Que manger avec son cigare ?

novembre 18, 2020

A proprement parler, il n’existe pas de règles particulières sur les aliments que l’on peut coupler avec le cigare.Ici, cela sera plus une affaire de goût personnel même si il a certaines tendances.
Plus
Histoire : Romeo Y Julieta
Histoire : Romeo Y Julieta

novembre 11, 2020

Bien sûr, le cigare porte le nom de la tragique romance de Shakespeare, mais notre liaison avec les cigares Romeo y Julieta est une histoire d'amour durable. 

Plus
Qui était Sir Winston Churchill ?
Qui était Sir Winston Churchill ?

novembre 04, 2020

Winston Churchill avait un amour légendaire pour les cigares et l’alcool. Imaginer le grand Sir Winston Churchill sans un cigare serré dans la mâchoire ou entre les doigts est presque impossible.

Plus